Cet article contient des liens vers des produits ou services d'un ou plusieurs de nos annonceurs ou partenaires. Nous pouvons recevoir une commission lorsque vous cliquez sur un lien ou effectuez un achat en utilisant notre site. En savoir plus sur notre rémunération.

Qu’est-ce que l’Ethereum — Guide étape par étape

En savoir plus sur le réseau Ethereum, comment l'utiliser et les orientations futures.

Ethereum est une blockchain publique et une cryptomonnaie, mais aussi une plateforme pour les applications immuables, non effaçables, et par ce fait, bénéficiant d’une haute sécurité. Dans ce guide, nous examinons pourquoi cette idée est si révolutionnaire, comment fonctionne Ethereum et sa cryptomonnaie native, l’Ether (ETH), et leurs utilités.

Ether token logo

Live Bitcoin (BTC) price

Loading...

Data sourced from Binance

Ethereum en bref

Symbole boursierETH
FamillePlateforme de contrats intelligents et blockchain
Année de sortie2015
OrigineÉtats-Unis
Approvisionnement maximalSans limites
Algorithme de consensusPreuve de travail Ethash (Ethash proof of work)
Envisagé : Preuve d’enjeu (Proof of Stake)
Personnages clésVitalik Buterin, Gavin Wood, Joseph Lubin
Partenariats clésN/A
Peut être minéOui

Où acheter de l’Ether

Name Product Deposit methods Fiat Currencies Cryptocurrencies
Swyftx Cryptocurrency Exchange
Bank transfer, Credit card, Cryptocurrency, Debit card, Osko, PayID
AUD, NZD

284
cryptocurrencies

Finder Exclusive: Receive $10 BTC on Sign up and Verification.
Buy and sell a wide range of cryptocurrencies at competitive rates on this Australian exchange.
CoinSpot Cryptocurrency Exchange
Bank transfer, BPAY, Cash, Cryptocurrency, POLi, PayID
AUD

307
cryptocurrencies

CoinSpot is an Australian exchange that lets you easily buy, sell and trade more than 290 cryptos.
Binance Cryptocurrency Exchange
Credit card, Cryptocurrency, Debit card, Osko, PayID
USD, AUD, GBP, CAD, EUR, CNY, RUB, TRY, NGN, UAH & 40+ more

271
cryptocurrencies

Binance is the world’s largest exchange by trading volume. Get started with instant zero fee AUD deposits and withdrawals in Australia, and enjoy low trading fees, a wide selection of cryptocurrencies and 24/7 local customer support.
Digital Surge Cryptocurrency Exchange
Bank transfer, Cryptocurrency, POLi, Osko, PayID
AUD

276
cryptocurrencies

Finder Exclusive: New members get $10 bonus after verification. T&Cs apply.
An Australian based exchange with a focus on simplicity that allows users to purchase a range of cryptocurrencies with AUD.
Cointree Cryptocurrency Exchange
Cash, Cryptocurrency, POLi, PayID, Online banking
AUD

166
cryptocurrencies

Finder Exclusive: New members get $10 bonus after first trade. T&Cs apply.
Buy 160+ cryptocurrencies with fast-growth portfolio insights, and the ability to swap any coin to any other instantly.
loading

Compare up to 4 providers

Qu’est-ce que l’Ethereum ?

Le mot « Ethereum » fait référence à la plateforme elle-même, une sorte de « ordinateur global » qui permet d’élaborer et distribuer des applications décentralisées (sous le contrôle d’aucune personne ou autorité centrale). Le jeton (la cryptomonnaie) s’appelle l’Ether (ETH). Toutefois, ces termes sont souvent utilisés de manière interchangeable.

Quand vous achetez de l’Ether, c’est les jetons ETH que vous achetez, qui sont utilisés par la plateforme, cet ordinateur global.

L’ordinateur global

Les blockchains peuvent être considérées comme des ordinateurs ; elles fonctionnent en exécutant des scripts (des lignes de code qui présentent des instructions à un ordinateur). La blockchain Bitcoin, par exemple, peut exécuter des scripts qui permettent aux gens de s’envoyer les jetons Bitcoins.

La blockchain Ethereum, par contre, a été conçue pour accepter et exécuter une gamme bien plus large de scripts plus complexes. Dans le contexte de la blockchain Ethereum, on a nommé ces scripts des « contrats intelligents ». Il s’agit de lignes de codes (des instructions) et de données (son état actuel).

Ces contrats intelligents peuvent être utilisés pour créer des applications décentralisées ou « daaps » (de l’anglais, Decentralized Applications). Ce sont des logiciels qui fonctionnent sur la blockchain, comme une application sur votre téléphone ou ordinateur.

Aujourd’hui, il existe des centaines de dapps sur l’ordinateur global Ethereum. Parmi les plus populaires, on trouve des jeux, des plateformes de jeux d’argent, et des marchés et plateformes d’échange. Il y est aussi des réseaux sociaux, des organes de presse, des plateformes de stockage en cloud, et des services financiers. L’idée est que presque n’importe quel type de logiciel qui peut fonctionner sur un ordinateur traditionnel pourra fonctionner sur Ethereum.

De nombreuses autres cryptomonnaies aussi y sont stockées, conçues pour fonctionner sur la blockchain Ethereum et formant un écosystème de cryptomonnaies diverses. Les jetons compatibles Ethereum utilisent un protocole dit ERC20. Si vous voyez ce terme en rapport avec une cryptomonnaie ou un jeton, c’est parce que celle-ci existe sur la blockchain Ethereum principale.

Ce qui fait différer les contrats intelligents des logiciels traditionnels, et les dapps et des apps, c’est la décentralisation…

Le réseau Ethereum et la décentralisation

Un réseau centralisé vs. décentralisé

Système centralisé

Un système centralisé est sous le contrôle d’une seule entité ou autorité. Quand vous utilisez un système centralisé, vous accordez une grande confiance à cette entité.

Par exemple, imaginez que vous jouez au poker en ligne. Dans des conditions normales, vous êtes obligé d’accorder une confiance au propriétaire du site web — qu’il n’y ait pas question de tricherie. Vous jouez sous certaines conditions : que le système ne donne pas accès à vos cartes aux autres joueurs ; que les propriétaires n’acceptent pas de pots-de-vin de la part de vos adversaires ; qu’ils ne choisissent pas les cartes que vous recevez ou qu’ils reçoivent. Et, bien sûr que vos gains vous seront versés à la fin.

C’est ainsi que fonctionnent la plupart des systèmes de nos jours, qu’il s’agisse d’un site de poker en ligne ou d’une banque entière. On est obligé tout simplement de leur faire confiance, tout en acceptant qu’il y ait toujours une chance d’être trompé. Une recherche très courante sur Google ces jours-ci est « Est-ce que X est légitime ? »

Ethereum en tant que système décentralisé

Un système décentralisé comme Ethereum n’est sous le contrôle d’aucune entité unique. Comme la plupart des blockchains, son fonctionnement est assuré par des milliers d’entités (utilisateurs) partout dans le monde, aucun desquels ne peut soumettre le système à ses seuls souhaits.

Et, contrairement à beaucoup de systèmes centralisés, le code source d’Ethereum est ouvert et accessible par tout (dans d’autres termes, il est open source). Toute personne compétente peut vérifier son fonctionnement et même faire des suggestions pour améliorer le code.

Les logiciels qui fonctionnent sur Ethereum sont eux aussi transparents. Si vous jouez au poker sur une plateforme basée sur l’ordinateur Ethereum, vous pouvez voir exactement sont il a été programmé et être certain qu’il s’agit d’une plateforme juste et sans tricherie — personne ne pourra voir les mains des autres joueurs•es, et les gains sont versés de manière automatisée.

Encore plus important, sur une plateforme décentralisée idéale, nulle entité ne peut empêcher l’exécution d’un script tel qu’il a été programmé.

A quoi peuvent servir les applications décentralisées ?

Les applications décentralisées ont nombreuses utilités au-delà des jeux d’argent — bien que ces derniers soient très populaires sur Ethereum. Par exemple, une plateforme d’échange décentralisée peut permettre aux inconnus d’effectuer des échanges de cryptomonnaies par biais de contrats intelligents de séquestre, sans devoir créer un compte, payer des frais ou faire confiance à une tierce partie. Ce genre de dapps est aussi très populaire sur Ethereum.

Picture not describedQuestions you might haveCertains utilisent Ethereum comme plateforme de publication à l’abri de la censure, en intégrant des messages dans les opérations de l’ordinateur.

Au-delà de la cryptomonnaie, une société d’assurance pourrait utiliser des contrats intelligents pour générer un système auquel ses clients peuvent accorder une grande confiance et qui permet de verser les indemnisations automatiquement. Sinon, on peut se servir des contrats intelligents pour vérifier automatiquement des paiements et en créer un registre fiscal.

“Alors que la plupart des technologies tendent à automatiser le travail de ceux à la périphérie qui effectuent des tâches subalternes, les blockchains automatisent plutôt le centre. Au lieu de mettre le chauffeur au chômage, la blockchain met Uber au chômage et permet aux chauffeurs de travailler directement avec le client.” *
– Vitalik Buterin, co-founder of Ethereum

* Traduction par l’auteur.

Image : Vitalik Burin Source : Wikimedia Commons

Les limites et les inconvénients d’Ethereum

Un des problèmes principaux avec ce genre d’ordinateur global blockchain, c’est qu’il est plus lent, plus cher et plus difficile à manipuler qu’un système centralisé.

  • Plus lent : La nature décentralisée des blockchains fait qu’elles sont souvent moins rapides qu’un système centralisé équivalent. En effet, les données, y compris les données portées par les contrats intelligents et les dapps, doivent être stockées dans des blocs, ce qui entraîne des délais. Le bloc doit rejoindre une file d’attente, des frais doivent être réglés, et un mineur de blockchain doit traiter la transaction. Les systèmes centralisés envoient et reçoivent des données beaucoup plus rapidement que les blockchains, bien que l’écarte se réduise.
  • Plus cher : L’exécution d’opérations sur la blockchain Ethereum implique le paiement de frais payés en très petites quantités d’Ether. Dits gas (« essence »), ces frais varient en fonction de certains facteurs, comme le nombre de transactions sur le réseau à un moment donné et la complexité du script en question. Les opérations informatiques plus complexes sont plus volumineuses (en matière de mégaoctets) ; elles nécessitent plus de ressource sur la blockchain et sont par conséquent plus coûteuses.
  • Plus difficile : Sur l’ordinateur global, les coûts peuvent être difficiles à prédire. Les programmes ne doivent pas être trop complexes, et les erreurs, en vertu de la nature décentralisée de la blockchain et l’immuabilité de son registre, sont permanentes. Il n’y a aucun service client si vous vous trompez, dans quel cas vous risquez de perdre votre argent. Les erreurs de programmation sur la blockchain Ethereum ont coûté des centaines de millions de dollars.
  • Autres difficultés :D’autres problèmes limitent l’utilité actuelle des contrats intelligents et des dapps. L’un des principaux problèmes est qu’un contrat intelligent n’est aussi bon que ses sources de données. Par exemple, imaginez que vous voulez créer un contrat intelligent qui n’est accessible qu’aux personnes majeures. Il faut encore trouver un moyen de vérifier si un utilisateur a plus de 18 ans de manière fiable à 100 %. Si votre solution n’est pas fiable à 100 %, vous ne gagnez rien en utilisant un système décentralisé.

« La question que je pose souvent aux entreprises sur Ethereum est, “Êtes-vous en mesure de me dire pourquoi la blockchain Ethereum est mieux qu’Excel ?” Et s’ils arrivent à trouver une bonne réponse, c’est là que vous savez que vous avez quelque chose de vraiment intéressant. »

– Vitalik Buterin, cofondateur d’Ethereume

Ces problèmes ne sont pas limités à Ethereum. On les trouve dans la plupart des blockchains à contrats intelligents et constitue un grand écart entre le potentiel théorique des contrats intelligents et la technologie blockchain et la façon dont ils sont utilisés aujourd’hui.

Aussi, l’élaboration de programmes sur des systèmes décentralisés diffère des systèmes centralisés. Les développeurs doivent être extrêmement prudents, car même des bogues mineurs peuvent avoir des conséquences dévastatrices, comme le prouvent des incidents tels que le DAO Hack.

Comment utiliser l’ETH ?

ETH est la cryptomonnaie native de l’ordinateur Ethereum. Sa fonction primaire est le paiement des frais, dits gas (« essence »).

Gas est le carburant qui fait fonctionner le réseau. Toute personne souhaitant créer des applications sur Ethereum ou utiliser pleinement le système devra généralement détenir de l’Ethereum.

En plus, il y a de plus en plus de commerçants qui acceptent l’Ether comme moyen de paiement. Les plateformes de paiement populaires comme WooCommerce et OpenCart peuvent être configurées à cette fin.

De nombreuses personnes achètent de l’Ether comme actif numérique spéculatif, dans l’espoir que son prix augmente avec le temps. La théorie est que si l’Ethereum devient une plateforme répandue, il y aura beaucoup plus de demande pour ces jetons et la valeur augmentera.

Finalement, il peut servir de cryptomonnaie traditionnelle pour les paiements de pair-à-pair (peer-to-peer).

Comment envoyer de l’Ether ?

Le transfert d’ETH fonctionne de la même manière que n’importe quelle autre cryptomonnaie :

  • Possédez de l’ETH dans votre portefeuille. Le portefeuille numérique officiel Ethereum peut être téléchargé de GitHub ou le site web officiel.
  • Scanner ou renseigner l’adresse du destinataire. Que votre destinataire vous fournisse avec une adresse numérique ou un code QR, il suffit de suivre les instructions de votre portefeuille pour envoyer vos ETH.
  • Choisissez le montant et envoyez. L’opération sera vérifiée sous quelques secondes, et c’est bon.

Comment stocker de l’Ether de manière sécurisée ?

Vector of cryptocurrency wallet

Les options ne manquent pas en ce qui concerne les portefeuilles pour Ethereum, compatible avec tout jeton basé sur Ethereum (ERC20) et nombreuses autres cryptomonnaies populaires telles que Bitcoin et XRP.

Pour trouver le bon portefeuille, considérez les fonctionnalités qui vous sont les plus chères. Pour des paiements faciles et la possibilité d’envoyer votre ETH par votre navigateur, essayez MetaMask. Pour une haute sécurité, optez plutôt pour un hardware wallet (portefeuille matériel). Si c’est pour détenir de l’Ether dans le cadre d’un portefeuille d’investissement, UpHold peut être un bon choix.

En savoir plus sur les portefeuilles et comment stocker votre ETH

La tokenomique de l’Ethereum

Comment est déterminée la valeur de l’Ether ? Combien de jetons Ether existe-t-il ? À quelle vitesse sont-ils créés ? A quelle fréquence quittent-ils le système ?

Les réponses à ces questions peuvent vous aider à déterminer si l’Ether est surévalué, sous-évalué, ou évalué à juste titre.

Comment est déterminée la valeur de l’Ether ?

La fonction principale de l’Ether est de servir comme carburant pour l’ordinateur global Ethereum. C’est ce qui lui donne une certaine valeur « réelle », tant qu’il y a quelqu’un dans le monde qui veut utiliser l’ordinateur mondial Ethereum.

Par conséquent, la valeur de l’Ether varie en fonction du nombre d’utilisateurs de la plateforme Ethereum.

Mais il sert également de moyen de paiement principal pour les dapps et les contrats intelligents sur le réseau Ethereum. Pour envoyer de l’argent, placer une mise, lever des fonds, l’Ether est généralement la monnaie de choix. De cette façon, plus il y a de dapps et plus il y aura de demande pour l’Ether, ce qui peut augmenter son prix.

Ceci est contrebalancé d’une certaine manière par le fait qu’Ethereum héberge également de nombreux autres jetons. Si une application propose son propre jeton au lieu de l’Ether, ce n’est plus nécessaire d’acheter de l’Ether, et sa valeur pourrait baisser.

ERC20 et Ethereum expliqués

ERC20 est le nom donné à un ensemble de standards pour les jetons basés sur l’Ethereum. Il définit le comportement d’un jeton sur le réseau Ethereum, ses fonctionnalités et les évènements concernés.

Puisque tous les jetons ERC20 suivent ces mêmes standards, ils jouissent d’un haut niveau d’interopérabilité et peuvent interagir plus facilement avec la gamme complète des dapps et contrats intelligents. Par exemple, il est plus simple d’échanger un jeton ERC20 contre un autre jeton ERC20 sur une plateforme d’échange Ethereum, comparé à l’échange d’un jeton ERC20 contre un jeton non ERC20.

Ether (ETH) lui-même, par contre, n’est pas un jeton ERC20. Il a été créé avant ces standards ne soient mis en place et ne les respecte pas. Mais, il existe une autre solution…

Ether emballé et Bitcoin emballé

Pour que l’Ether puisse être utilisé comme monnaie ou jeton dans l’écosystème Ethereum de manière plus harmonieuse, des développeurs ont créé l’« Ether emballé » ou wETH (de l’anglais : Wrapped Ethereum), qui lui est compatible ERC20.

wETH est créé en introduisant des Ether normaux dans un contrat intelligence, qui émet ensuite des wETH. L’ETH original peut en être sorti en reversant des wETH. Cette même idée a été appliquée au Bitcoin ; dit wBTC, il s’agit des bitcoins emballés en standards ERC20.

Pour l’utilisateur, il suffit d’échanger des ETH contre des wETH ou des wBTC, ou vice versa, sur une plateforme d’échange décentralisée telle que Kyber Network.

Cet « emballage » permet à l’ETH d’être utilisé sur le réseau Ethereum et d’autres écosystèmes comme s’il était un jeton ERC20 natif ; l’emballage peut être mis et enlevé comme il faut.

Important à savoir

Ethereum a comme objectif d’être plus utile et plus important que les cryptomonnaies plus simples comme Bitcoin ; mais cette volonté pourrait mener à sa chute.

  • Bien plus qu’un jeton. Ethereum se veut plus qu’une cryptomonnaie, ce qui pourrait entraîner des problèmes. Plus une plateforme est complexe, est plus elle est difficile à développer, maintenir, et adopter. Une cryptomonnaie est simple : on achète et on vend des produits et services contre cette monnaie. Bitcoin, par exemple, n’est pas plus qu’une monnaie et des gens—surtout les entreprises et les commerçants—ont tendance à préférer ce qui « fonctionne tout simplement. »
  • De grosses ambitions pour le futur. Avec une feuille de route aussi ambitieuse que celle d’Ethereum, ça risque d’être une route cahoteuse. Après tout, l’introduction de fonctionnalités bien plus petites et plus simples a provoqué la chute de certaines plateformes, en raison d’effets secondaires imprévus. Bien sûr, ce n’est pas une certitude, mais il faut garder à l’esprit que la complexité introduit généralement une certaine instabilité, et Ethereum se veut encore plus complexe.

The DAO Hack

L’Organisation décentralisée autonome (DAO, de l’anglais : decentralized autonomous organisation) devait être le couronnement des contrats intelligents et de l’écosystème virtuel d’Ethereum. Il s’agissait d’un contrat intelligent conçu pour créer un fonds de capital risque dans le but de financer le développement de tout futur dapp. Les gens investiraient dans le DAO et pourraient ensuite voter pour déterminer quels dapps recevraient des fonds.

La DAO a été lancée le 30 avril 2016, et sous 28 jours, a accumulé plus de US$150 millions en ETH. L’attaque a eu lieu le 17 juin 2016, et a fonctionné en exploitant une faille dans la façon dont les traders quittent le DAO. Pour quitter le DAO (en tant que trader), vous aviez la possibilité d’en retirer tout l’ETH que vous aviez acheté, une fois que vous aviez rendu les jetons DAO qui vous ont été donnés lors des échanges (une sorte de système de parties prenantes).

Le problème résidait dans les deux étapes du contrat :

  • Des jetons DAO sont donnés par l’utilisateur et lui est rendu de l’ETH.
  • La transaction est enregistrée dans la blockchain et le nombre de jetons DAO est mis à jour.

En rétrospective, le piratage était simple : on a introduit une étape entre la première et la deuxième où, avant que la transaction en soit enregistrée, le système DAO donnait au même utilisateur encore lus d’ETH pour les mêmes jetons.

Cette attaque à coûte le DAO US$50 million d’ETH et a provoqué une chute de la valeur de l’Ethereum de US20,17 $ à US$11,52 (soit 56,6 %) en 48 heures.

Suivant The DAO Hack, la communauté Ethereum a du faire face à un choix difficile. Il fallait décider entre :

  • Modifier l’ordinateur global Ethereum lui-même et le reprogrammer de manière à ce que tout se passe comme si rien ne s’était passé. Les fonds perdus seraient donc restitués aux propriétaires.
  • Laisser le système tel quel en acceptant que ce qui est fait et fait, dans la conviction que la décentralisation et l’immuabilité sont l’objectif premier d’Ethereum et qu’elles ne doivent jamais être compromises.

Un accord n’a jamais été trouvé. Aucun des deux côtés n’était prêt à faire marche arrière. Au lieu, ils ont tout simplement commencé à miner des versions différentes d’Ethereum : l’une où le piratage DAO a été inversé, et une autre ou il ne l’a pas été.

Par conséquent, la blockchain s’est scindée en deux. Ethereum, tel qu’il est connu aujourd’hui, a été créé par ceux qui ont voté pour inverser l’attaque. Ethereum « Classic » existe sur la blockchain où s’est déroulé l’attaque et ou les dégâts n’ont jamais été inversés.

Ça serait, jusqu’à aujourd’hui en tout cas, la dernière fois que la communauté Ethereum prendrait en considération un tel retour en arrière. Depuis, c’est les principes de décentralisation qui l’emportent, même au prix de centaines de millions de dollars.

Que réserve l’avenir pour Ethereum

La feuille de route d’Ethereum est tentaculaire et ambitieuse. À part une importante volonté de faire accepter l’ETH par encore plus de commerçants, il y a des étapes prometteuses dans le futur d’Ethereum :

  • Encore plus de dapps. Ethereum est une plateforme pour la conception d’applications décentralisées. Des contrats intelligents aux projets crowdfunding en passant par des organisations autonomes, tout comme l’utilité ultime d’un ordinateur réside dans les logiciels qui fonctionnent dessus, l’utilité d’Ethereum réside dans les dapps qui ont été conçues pour ce support. C’est une période passionnante pour tout le monde, des investisseurs aux développeurs et la communauté cryptomonnaie dans son ensemble.
  • Preuve d’enjeu/de participation. En anglais, Proof-of-stake. Ethereum envisage de passer d’une méthode de minage basée sur la preuve de travail (POW, proof-of-work) à une méthode basée sur la preuve d’enjeu (dite aussi preuve de participation, POS, Proof-of-Stake).

    Questions fréquentes

    More guides on Finder

    Ask an Expert

    You are about to post a question on finder.com:

    • Do not enter personal information (eg. surname, phone number, bank details) as your question will be made public
    • finder.com is a financial comparison and information service, not a bank or product provider
    • We cannot provide you with personal advice or recommendations
    • Your answer might already be waiting – check previous questions below to see if yours has already been asked
    Finder.com provides guides and information on a range of products and services. Because our content is not financial advice, we suggest talking with a professional before you make any decision.

    By submitting your comment or question, you agree to our Privacy Policy and Terms.

    Questions and responses on finder.com are not provided, paid for or otherwise endorsed by any bank or brand. These banks and brands are not responsible for ensuring that comments are answered or accurate.
    Go to site